Le «Fou» époustouflant

Il était une fois le Tonnerre de Yaoundé (Suite…)

dans les dernières minutes avec le virevoltant « Mbassa de feintes », les Akwa boys égalisaient dans les toutes dernières minutes bien qu’on comptait dans les rangs du « Kpa Kum » le feu follet de l’époque, Bouli dit « je m’amuse » ! Le match se termina dans la confusion totale, les Béti, écorchés vifs provoquèrent une bagarre qu’on eut du mal à arrêter.

Histoire

IntroductionHistoire.html
ReconversionHistoire-2.html

Le Kalara

La demi-finale Tonnerre – Caïman comptant  pour la coupe Bastos en 1952 est à classer dans cette catégorie de matches anthologiques. Cette rencontre se joua deux fois. D’abord le dimanche 1er juin 1952 à Yaoundé. Le Caïman fut battu, mais le comité de la Ligue décida, pour des raisons « techniques » (SIC) que le match devait être rejoué le dimanche 3 juin à Douala, au stade Akwa.


Là encore, ce fut un 4-2 en faveur du Tonnerre. Abouna, Troki et Essono Pascal dit « le fou » avaient fait un match époustouflant. C’était la première fois qu’une équipe de Yaoundé prenait le dessus sur celle de Douala, le berceau du football camerounais.


Finalement le titre de Champion se disputa entre deux équipes de la capitale, le Tonnerre et le Canon, et le T.K.C battit le Canon par 3-1, buts inscrits tour à tour par le virevoltant capitaine de l’équipe. Engoudou, puis Troky, puis encore Engoudou. Le Tonnerre remportait là son premier titre de Champion du Cameroun. C’était en 1952.


Avec la fortune tirée de l’immobilier, OMGBA ZING élargit l’assise tribale du Tonnerre. Le père Mayor, manchot, était à la fois l’entraîneur de l’équipe et attaquant de pointe, et les grandes rencontres imposaient une retraite spirituelle dans son presbytère à une dizaine de kilomètres sur l’ancienne route d’Akonolinga, à Nkol-Afamba.


Le style Tonnerre date surtout de l’époque du Révérend Père Mayor. Le recrutement se fait d’abord dans les rangs des lycéens, ce qui crée une instabilité évidente par la mobilité de cette population devenue adulte donc responsable dans la Fonction publique, mais « but last not least » ce qui imprime un style élaboré, « scientifique » à l’équipe. Et ce n’est pas sans raison que je me suis écrié, un jour d’octobre 1968, au stade militaire « Kalara » ! Devant le monopole pendant plusieurs minutes au ballon par mes « agneaux » devant un Caïman aux abois : Mbozoa donnait du tournis à Mbette Isaac dit le sorcier. L’étiquette est donc restée. Le style, beau certes, sacrifiait l’efficacité.


Omgba Zing disparu, son œuvre n’en reste pas moins impressionnante « Mal Type » aura suivi jusqu’à ses dernières heures la politique de détribalisation du sport.


Pr. Etoundi Essomba Many Ewondo / CUSS - Yaoundé

TONNERRE KALARA CLUB

C COM CA - Copyright © Tonnerre Kalara Club de Yaoundé. Tous droits réservéshttp://www.c-com-ca.infohttp://www.c-com-ca.infoshapeimage_4_link_0
< précédentHistoire-2.htmlshapeimage_5_link_0

Ce texte est disponible sous les termes de la Licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported (CC-BY-SA)

LE CLASSEMENT COMPLET             >Classement_2012.html

TEAM

PTS

Diff

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

Les Astres Douala

New Star Douala

Unisport Bafang

Canon Yaoundé

Tonnerre

Cotosport Garoua

U.S. de Douala

YOSA

Renaissance

Douala AC

Panthère du Ndé

Sable de Batié

Njala Quan Limbé

Fovu de Baham

22
17

15

14

13

12

12

11

11

10

10

9

5

4

8

4

1

2

1

2

2

-1

-1

-2

-2

-3

-4

-7

CLASSEMENT 2011-2012
CLASSEMENT 2013